Bootstrap Image Preview
Mémoire vivante
Accueil

BRESSOLLETTE Jacques

2017/09/20

Pour voir ou imprimer le document en plein ecran

Jacques BRESSOLLETTE    Prêtre-Ouvrier du Poitou    Né le 31 août 1927

Ordonné prêtre en 1951       Décédé le 20 septembre 2017

Extraits de l’homélie de Gérard (PO de l’équipe de Jacques)

Jacques, après ton passage à Niort au début de ton ministère, où tu as travaillé avec la JOC, te voilà à Châtellerault, aux Renardières. Ta présence dans ce milieu t’a fait penser bien vite qu’il fallait vivre la condition de tous : tu es devenu éboueur tout en vivant dans le quartier.

Tu vas revenir à Niort dans l’équipe de Saint-Vincent de Paul où l’engagement auprès de la classe ouvrière était la règle dans l’équipe des prêtres. Après un court passage à St. Hilaire, te voilà à St. Etienne où tu te mettras en recherche d’un travail professionnel. Tu trouveras un temps partiel dans un laboratoire de prothèses dentaires, principalement comme coursier. Tu y seras le seul syndiqué.

Tu étais engagé en AC.O. en Mission Ouvrière et dans le collectif des prêtres ouvriers localement, puis au niveau de la Région. Par des élections internes, il t’est demandé de prendre des responsabilités au niveau national puis devenir le secrétaire de l’Equipe Nationale. Tu as assuré ce service pendant 3 ans...

Tu reviens à Niort et choisis de venir habiter au Clou-Bouchet. Tu diras et rediras que tu continues de vivre ta vie de PO à cause de ta proximité des travailleurs et des sans travail. Ta présence dans le quartier aura son impact entre autres à la MPT devenue CSC dont tu seras le premier président. Tu continueras ton engagement syndical parmi les retraités. Partout tu auras le souci d’aider les uns et les autres à se prendre en main, prendre leurs responsabilités. « C’était un grand Monsieur qui savait écouter, partager, et aider à aller plus loin, dépasser difficultés ou obstacles » L’ACO pourrait dire bien des choses sur l’impact que tu as eu pour leurs équipes.

Quand le Père VION t’a appelé comme vicaire épiscopal, tu avais une activité professionnelle, et en même temps était appelé Pierre Miot facteur à La Crèche. Le Conseil épiscopal a adapté ses horaires de rencontres à vos horaires de travail…

Pourquoi dire tout cela ? Dans nos rencontres locales de P.O. nous évoquons souvent Jo 13/ (le lavement des pieds), puis Mt. 25/(le jugement dernier).

Voici quelques phrases de Jean Debruyne :

« Jésus n’enfouira donc son visage que dans le manque, la faim et la soif, la solitude et le nu, le marginal et l’interdit. La faim et la soif, le nu, l’hôpital et la prison sont questions de vie et de mort, d’urgence, de première nécessité.

Dieu se tiendra donc toujours aux frontières menacées de l’homme. Dieu choisira donc toujours de n’avoir d’autre visage que le visage de l’autre mais pas de n’importe quel autre.

Ce sont les « nations » que Jésus convoque, non pas le peuple élu, mais les foules, les mélanges, les tabacs de banlieue, les païens du dimanche, ceux dont la vie longe les machines, ceux qui vivent un balai à la main, ces gens des rues et des silences dont les faits divers sont les seuls contes de fées. »

Tu aurais aimé Jacques que l’on relise cela ensemble en regardant nos vies.

La parole évangélique qui nous est proposée aujourd’hui ce sont les Béatitudes.

« Heureux, Debout, vous les pauvres,

Heureux, Debout, vous qui avez faim, vous qui avez un creux à combler,

Heureux, Debout, vous qui êtes haïs, vous les exclus,

Moi Jésus, je suis de ceux-là en attente d’un signe d’amour que chacun peut donner… en attente de l’accueil d’un amour proposé dans la rencontre… »

Jacques, c’est un peu confus tout ce que je viens de dire. Tous tes copains PO, d’ici et d’ailleurs voudraient te dire tellement tout ce qui nous a marqué dans les rencontres, le dialogue avec toi.

Les liens avec ta famille étaient forts, tu nous en parlais parfois… et il y avait Fromentine… Son implication aujourd’hui dans cet « A-Dieu » témoigne que l’accompa-gnement d’aujourd’hui est le signe d’un vécu fort ensemble.

Désormais nous pourrons continuer la route sereinement en ta compagnie en écoutant tous ces messages de vie que tu nous laisses.

Témoignages (ACO de Niort et voisins du quartier)

- Hermann (secrétaire du centre socio culturel) : J’apprends le décès de Jacques Bressollette, prêtre ouvrier sur le Clou Bouchet et 1er président du CSC. Un grand homme est parti.

- Fatima (ACO) : Oui Hermann, tu sais ils sont rares les gars comme Jacques. J'en connais encore à Niort 3 ou 4 comme Jacques. J'espère qu'il aura une place de choix là haut.... Je suis attristée .... Comme tu dis : un exemple a suivre… J’ai eu la chance de le rencontrer. Sa place est assurée auprès de notre Père.

- Pascal (ACO) : A l'époque où j'habitais au Clou Bouchet on participait ensemble à la Mission Ouvrière Locale et nous avions de riches partages avec des non chrétiens et avec nos frères musulmans. Jacques avait la faculté d'une grande écoute et un esprit de synthèse.

- Bernard (équipe ACO de Jacques) : Cette information me rend triste. Jacques pour moi était un grand bonhomme et nous a beaucoup aidés à réfléchir, à partager en révision de vie. J'aimais beaucoup sa parole, son discernement, son sens de l'engagement, sa joie de vivre ! Je suis triste aussi parce que je ne vais pas pouvoir participer à sa sépulture. Celle-ci est le jour de mon départ pour la randonnée que je prépare depuis des semaines : de Chaban à La Rochelle en passant par le marais poitevin. Piège de la vie ! En pensant à lui, cependant,  j'ai décidé de poursuivre mon projet, ce premier projet depuis ma nouvelle vie, depuis que je ne suis plus au travail. Je crois qu'il aimerait ! Je marcherai en pensant très fort à lui sur mon chemin, chemin de vie ! Je lui dédie ma randonnée en pensant à ce que fut son chemin sur terre, ses engagements vers les plus pauvres, les oubliés, les bannis, prêtres ouvriers, gitans, étrangers, ouvriers, chômeurs, habitants du Clou Bouchet... Toute sa vie, il a fait des choix difficiles, dans la joie, le partage, l'action, la foi en Christ vivant. Il reste pour moi un guide que l'on n'oublie pas quand on part en randonnée ! A vous tous, bien amicalement.

Témoignages de copains PO :

- Jean Marie :Voilà un homme qui aura marqué les PO, et tous les gens qu'il a rencontrés, avec des convictions très affirmées. J'ai toujours admiré l'homme, posé, chaleureux et réservé à la fois, mais d'une grande acuité intellectuelle. J'ai beaucoup apprécié ses prises de paroles dans les rencontres de la région.

- Paul :C'est à lui que je dois d'être entré au secrétariat de l'équipe nationale en 1991. J'admirais sa façon méthodique d'en organiser le fonctionnement. Je n'ai pas oublié sa prévenance pour me permettre de lui succéder l'année suivante…

- Antoine : Je dirais volontiers : un grand monsieur vient de nous quitter. Je ne parle pas bien sûr de sa taille physique mais de sa dimension, humaine, spirituelle, pastorale. Dans nos rencontres il était à la fois celui qui savait écouter et aussi affirmait avec "autorité" ses convictions mais toujours avec bienveillance. Il savait nous remettre dans la bonne direction quand il nous arrivait de bifurquer.

- Francis : Nous avons travaillé ensemble au service des prêtres-ouvriers de 1986 à 1989. Nous n’étions pas de la même génération, nous n’avions pas le même parcours d’Eglise, nous étions très différents, mais facilement compatibles et complémentaires, en confiance. Jacques avait la capacité d’animer le travail collectif d’une équipe dans un esprit démocratique et fraternel… Pentecôte 1991, c’était une rencontre sereine, soucieuse de la fidélité à nos repères fondamentaux dans un contexte nouveau. Dans la déclaration finale d’envoi, Jacques disait : «  Nous reprenons la route, en étudiant, peut-être, de nouveaux itinéraires. Car, si certains repères habituels ont bien été confirmés, des chemins nouveaux, des horizons nouveaux, des questions nouvelles ont été présentés, mis à plat, éclairés, pendant ces trois jours… »

- Annick et Gérard : Novembre 1983, je me souviens... à la fin de la première session LVLB, sur le quai de la gare de  Versailles, Jacques me proposait de travailler avec les PO de la région Poitou, Charentes, Limousin... Grâce à lui j'ai pu apprécier la richesse de ce collectif PO, de lui j'aurai appris en particulier que la rigueur intellectuelle et la sensibilité spirituelle étaient pour lui sans nul doute une manière de respecter tous les petits, les invisibles, leurs mots et leurs gestes auxquels les prêtres-ouvriers lient leur vie et leurs engagements. Ces femmes et ces hommes des périphéries comme on dit maintenant "avec" qui il vécut méritaient, pour lui,  d'être à l'honneur, à la première place dans la réflexion théologique comme dans l'approfondissement spirituel.

De m'avoir à sa manière, d'un simple mot ou d'une brève phrase, souvent rappelé cela, je dois remercier Jacques et en rendre grâce à Jésus... Annick et moi ne  pouvons oublier non plus la délicatesse de son accueil fraternel lorsque nous avons annoncé notre mariage...

- Serge (équipe PO de Jacques) : Même si on ne se faisait pas beaucoup de cadeaux, Jacques, je l’ai toujours regardé avec beaucoup de respect : un riche passé de relations et de militance, et des convictions qu’il nous partageait facilement, et surtout un profond respect pour des hésitations ou des analyses parfois approximatives de ma part… ça devait être ça, le rôle du ‘’grand frère’’qu’il a tenu avec moi, comme il l’a fait avec d’autres…

- Georges (équipe PO de Jacques) : Jacques, tu as été pour moi le « grand frère PO » dont j’avais besoin quand ce ministère a commencé pour moi en 1971…, nous rappelant toujours l’essentiel. Ensemble pour organiser et faire vivre la région PO/PCL… ensemble à l’Equipe Nationale… ensemble ces dernières années, marquées pour moi par cette interview pleine d’émotions de mars 2015 que je suis encore très fier d’avoir réalisée.

Nous n’oublions pas les « mots » reçus d’autres copains PO : André… Gérard… Pierre… Jean Louis…

Parole à Jacques BRESSOLLETTE :

(extraite de son interview du 14 mars 2015)

Retraité, je reste à la C.F.D.T. en adhérant au syndicat « retraités ». Très vite, à deux ou trois, nous travaillons à mettre en place un vrai bureau à l’Union Locale Niortaise puis à l’Union Territoriale des Deux Sèvres. J’en ai été élu secrétaire général. Membres du bureau, nous avons participé aux préparations intersyndicales des manifestations interpros ou de retraités. Et nous avons pris des rendez-vous avec la députée, le président du Conseil Général et des associations sociales. Nous avons eu aussi notre place pour que ces deux bureaux veillent à ne pas laisser confisquer la parole par quelques-uns aux réunions de militants.

Dès mon arrivée dans le quartier populaire du Clou Bouchet, j’adhère à la petite association de notre Maison de quartier aux multiples activités (3 des 5 salariés sont responsables des ateliers d’activités enfants, jeunes ou adultes). Dès les premières réunions je regrette que la directrice, salariée, dirige tout. Avec une femme et un homme nous parviendrons à ce que nous ayons une place un peu plus grande. Ce qui me fera accepter à 80 ans d’être président d’une association naissante. Elle devait, pour garder des soutiens financiers, unir à notre quartier aux 30% de chômeurs, le quartier voisin aux 1,5% de chômeurs. J’ai accepté la présidence suite à plusieurs pressions très fortes, plusieurs personnes m’ayant dit : « Etant donné l’enjeu difficile, il faut quelqu’un de ta carrure ». L’Association s’est bien mise en route. Je retiendrai seulement ce que nous avons fait pour les nombreux « bénévoles » de la maison de quartier, qui n’étaient pas « administrateurs »… Nous voulions que les bénévoles sachent qu’ils ne viennent pas seulement rendre service aux salariés, mais servir, servir le quartier. Et aussi qu’ils se sachent reconnus. Je revois ce jeune de 18 ans dire dans le petit groupe : « Ah que c’est bon d’être reconnu ».

Comme locataire j’adhère à la Confédération Nationale du Logement. Je retiendrai surtout nos choix de bureau suite aux demandes des locataires. Nous allions régulièrement les porter au bureau du Conseil d’Administration des HLM et au directeur salarié.

Il ne faut pas oublier le quotidien… J’aime rappeler les dernières relations du « ministère de proximité » comme on dit du ministère PO. Depuis que, à cause du cancer, je quitte moins l’appartement, je vis beaucoup de contacts rapides dans le hall. Ce sont surtout des personnes âgées qui me savent prêtre-ouvrier retraité, elles me disent : «Alors cette santé ? » ou « Salut jeune homme ! » ou « Bonsoir l’ancien ! ». Avec quelques échanges plutôt banals selon les habitudes des personnes âgées entre elles…

Je vis un ministère de proximité « physique ». Avec les prêtres, des relations simples, fraternelles, c’est ce que je peux dire actuellement. Avec les onze employées, je commence à vivre aussi ce ministère... Je ne vis pas ce qu’elles vivent mais je suis de plus en plus proche d’elles. Un exemple, je suis ici depuis 10 jours, c’est le 1er de l’An. A la fin du repas les employées qui nous ont préparé une unique table bien accueillante, nous offrent une belle carte « Bonne Année 2015 » qu’elles ont « faite » elles-mêmes. Au verso leurs onze prénoms « vous souhaitent une très bonne année ». J’attends d’être seul et je demande de leur parler ensemble. Je leur dis : « Je suis prêtre ouvrier retraité, et comme ancien employé, je suis heureux que vous soyez en première place sur cette carte de voeux ». Je revois leur joie et leur merci, et je sais combien elles ont apprécié mes paroles. Chaque fois qu’elles s’excusent d’une erreur devant moi, j’aime leur dire que comme ancien employé je sais qu’on peut se tromper. Etant ici depuis deux mois, je commence à avoir une connaissance réciproque plus grande avec telle ou telle (couple, enfants, appartement, travail…). Notre manière de nous serrer la main en se quittant est significative.

Qu’est-ce qui t’a nourri et continue à nourrir ta vie de retraité ? Le Christ : pour mieux « vivre avec le Christ » j’aime lier ce que je vis au vécu du Christ des Evangiles. Etre appelé à des responsabilités dans un quartier de « très démunis »… Etre témoin du besoin d’être guéris et sauvés des drogués du quartier… Lutter pour la justice et la paix… Améliorer collectivement des situations… Ces femmes et ces hommes qui se relèvent et vivent debout… ces onze employées qui servent…

Jésus priait. En maison de retraite encore plus qu’avant, je le remercie des merveilles que j’essaye de découvrir et d’admirer chaque jour dans le monde ou près de moi. Et je lui lance les cris des hommes !

Equipe PO du Poitou : Gérard, Serge, Pierre, Jean Pierre et Georges

Pièces jointes
Déjà publié
MERLE Louis(2017/04/19)
LANDRY Jean(2017/11/04)
DE LA NOE Yves (2017/10/24 )
CREPIN Jean(2017/10/11)
GUIGNE Henri(2017/10/07)
DUPERRON Claude(2017/06/17)
PERRIER Marcel(2017/10/02)
BRESSOLLETTE Jacques(2017/09/20)
BUGEL Robert(2017/09/03)
VINCENT Bernard(2017/04/16)
PERSON Marc(2017/03/05)
REGNIER Guy(2017/01/12)
BOURDEREAU Henri(2017/01/11)
RICHARD Christian(2017/01/08)
CANIN Jacques(2017/01/07)
FALLOUX Jean-Marie(2016/10/04)
GALISSON Jean-Victor (2016/08/29 )
BRUN Paul(2016/07/12 )
GILLIER Claude (2016/03/21 )
BARBIER Michel(2016/03/20)
ANDRIEUX Pierre(2016/03/11)
PRIGNOT Michel(2016/02/23)
CADET Maurice(2015/10/29)
DE MIRIBEL Jean (2015/10/10 )
MARSTEAU Pierre (2015/10/01 )
AMIOT Bernard(2015/08/05)
BOUCHERIE Ambroise(2015/04/13)
GUIRAUD Denis(2015/03/14)
COLLET Bernard (2015/03/06 )
Delepoulle Michel(2015/01/03)
Dherbomez Pierre(2014/12/29)
De Combrugghe Geoffroy(2014/12/22)
Fontugne Louis(2014/12/08)
Babonneau Joseph(2014/11/24)
Perrot Jean(2014/11/10)
Loubière André(2014/05/22)
Cordonnier Jacques (2014/05/14)
Barth Maurice (2014/04/17 )
Auguin Guy (2014/03/25 )
Racaud Michel (2013/11/22 )
Péron Jean (2013/07/14 )
Perret Michel (2014/02/27 )
Poussin Max (2014/02/04 Mission de France )
Lepetit André (2014/02/02 Mission de France )
Berland Louis-Marie (2014/02/12 Mission de France )
Halleguen Germain (2013/11/23 )
Dullin René (2013/06/13 Prado )
Blondel Michel (2013/04/12 Mission de France )
Désiré Marle (2013/08/11 )
Favre René (2013/09/21 )
Cornu Paul (2013/08/ )
Launay François (2013/08/08 Mission de France )
Boudouresques Bernard (2013/08/25 Mission de France )
Peignon Louis (2013/06/27 Mission de France )
Debrabant Thierry (2013/05/31 )
Cambis Etienne (2012/01/18-Mission de France )
Chapuis Edmond (2012/09/23 )
Bonnaud Jean-Claude (2013/05/08-Mission de France )
Coutaux Michel (2013/01/26-Mission de France )
Elisseix Roger (2012/12/10-Mission de France )
Carminati Jo (2013/01/09 )
Chrétien Claude (2011 )
Valet Paul (2012/09/22-Mission de France )
Demerliac Jean-Louis (2012-Photos )
Château Francis (2013/02/28-Fils de la Charité )
Lajeune Bernard (2013/02/25-Mission de France )
Raguenes Jean (Dominicain - par Bernard Soeur )
Legrand Bernard (2011/01/01-Mission de France )
Floret Gérald (2013/01/04-Témoignages )
Guérin Michel (2012/11/05-Fils de la Charité )
Hatinguais René (2012/04/17-Prêtre-ouvrier depuis 1966 )
André Depierre-son testament-2008 (Pretre ouvrier - compagnon d'humanité )

Espace membre
Journal des PO