Bootstrap Image Preview
Mémoire vivante
Accueil

Cordonnier Jacques

2014/05/14

Pour voir ou imprimer le document en plein ecran

Mission de France

Jacques CORDONNIER

6 septembre 1924-14 mai 2014

J'ai de plus en plus conscience d'avoir beaucoup reçu d'amour, de tendresse, de confiance, de la part de parents, d'amis, d'équipe de jeunes ou d'adultes, de témoins de ce temps. C'est peut-être pour cela que la passion m’habite encore. De l'eau a coulé sous les ponts, depuis un certain mois de mars 1948 où j'ai été ordonné prêtre. Je ne prévoyais pas alors que ce ministère que l'Eglise me confiait, me conduirait par le travail à devenir le compagnon de tant d'hommes et de femmes qui me révéleraient bien davantage ce que je suis et pour qui je chercherais à être, moi aussi, celui qui les aide à mieux se connaître, ''à co-naître''. Quand Jésus demande à ses disciples de tout quitter pour devenir des ''pécheurs d'hommes'' n'était-il pas cela aussi ? Révéler à d'autres hommes qu'ils sont, avec leur pesanteur, des hommes faits pour une autre respiration, une autre lumière... Le Christ était un passionné. A sa passion a répondu celle des Apôtres. Puissions-nous, malgré l'âge, rester des passionnés ! »

Cet attachement passionné au Christ et à ses disciples, Jacques l'a écrit en conclusion d'une quarantaine de pages rédigée au moment de la retraite professionnelle d'infirmier en psychiatrie. Il y décrit l’itinéraire qui l'a conduit des contreforts de Saint-Malo en Bretagne aux banlieues parisiennes, puis au pied de la chaîne des Puys en Auvergne.

A quelques mois du baccalauréat, Jacques songe à devenir prêtre. Il milite à la JEC dans son lycée à Brive, ville où sa famille (sept enfants) s'est réfugiée pendant la guerre. Il correspond avec son père militaire et prisonnier de guerre, qui craignait chez son fils des vœux religieux circonstanciels pour obtenir sa libération. Après un essai au séminaire de Tulle, Jacques frappe en 1943 à la porte du séminaire de la Mission de France à Lisieux. Le père Augros l'envoie faire un stage en Corrèze où il se trouve à bonne école avec Jean Vinatier, François Laporte et Henri Cuvelier. Marqué par la déchristianisation du Limousin, il apprécie la formation donnée à Lisieux qui le confirme dans sa vocation d'être prêtre pour les non chrétiens.

Ordonné prêtre en mars 1948, il est envoyé à Colombes avec quatre autres prêtres de la Mission de France en proximité avec les Fils de la Charité et l'expérience des « paroisses, communautés missionnaires ». L'équipe ressent les limites d'un langage éloigné des réalités quotidiennes, et aspire à des engagements plus concrets, plus militants en monde ouvrier. En 1953, Jacques rejoint l'équipe d'Alfortville. C'était l'époque des bidonvilles, de l'hiver 54 et de l'appel de l'abbé Pierre. Sur fond de délinquance et d'insécurité, on parlait déjà des jeunes livrés à eux-mêmes. « Ayant eu la possibilité de circuler sans la soutane, j'ai pu me rendre proche de ceux qu'on désignait comme des ''blousons noirs''. Je me rendais à la prison de Fresnes et de la Santé, témoin de conditions de détention déplorables. La radio Europe 1 nous avait donné la parole pour défendre les expulsés en plein hiver. C'était aussi le commencement de la guerre d'Algérie et ses terribles conséquences ».

En 1960, Jacques est envoyé à Vitry. Il travaille à mi-temps au lavage de wagons à Bercy. Seul Français au milieu d'Algériens qui commencent à prendre conscience de leurs droits et de leur dignité, il se fait peu à peu accepter. Tout en assumant avec son équipe la vie paroissiale, il consacre du temps au Mouvement de la paix, à la lutte contre le mal-logement, et au soutien de ses copains de boulot. Certains soirs, il récupère des Algériens jetés à la Seine, transis de froid.

En 1965, c'est le départ pour l'Auvergne et Monferrand, avec ses quartiers ouvriers et l'emprise de Michelin. Vers 1970, les membres de l'équipe de Montferrand (Michel Akerman, Claude Degaraby, Damien Delaire, Michel Maridat, Michel Valton) quittent la paroisse et passent au travail à temps plein.

Jacques pense au monde de la santé et prépare, en accord avec l'équipe, le diplôme d'infirmier. A la sortie de l'école, il est surpris d'être envoyé en psychiatrie. Il découvre combien la psychiatrie est synonyme d'exclusion, de pauvreté. Depuis l'expérience de la guerre et de l'exode, ces problèmes d'exclusion et de réinsertion se sont posés jour après jour avec une acuité plus grande à sa conscience d'homme, de chrétien et de prêtre. Ce sera une de ses préoccupations majeures de renouer les liens entre le social et le médical.

« Autrefois ''le fou du village'' avait sa place. A Clermont-Ferrand, on trouve beaucoup de pauvres, de marginaux, de chômeurs, d'immigrés, de drogués, d'éthyliques, de ''malades mentaux'', d'exclus, d'aliénés de la société, hommes, femmes, jeunes souvent marqués, dès leur plus tendre enfance ou dès leur adolescence, par une anomalie, une maladie. J'ai pensé que ma place était là. Il y avait comme un fil conducteur entre ce que j'avais vécu et ce que j'allais vivre. Ce sont des hommes, des femmes, jeunes et adultes qui ne peuvent supporter la vie en société : rythme de vie, cadences de travail, manque de chaleur humaine, déracinements imposés, absence de projet humain. C'est le peu de tolérance de l'autre, différent, étranger, qui fait que pas mal de malades mentaux sont internés ».

Impliquée par le travail et l'habitat, son équipe PO de Clermont-Ferrand est de toutes les luttes sociales et syndicales du monde ouvrier, refusant toute politique fondée sur l'exclusion, le racisme et les effets injustes et pervers du libéralisme. Jacques puise son indignation et le sens de son action dans la confiance qu'il a mise en Jésus de Nazareth et chez les hommes et les femmes qui se sont inspirés de l'Evangile.

Jusqu'au bout, c'était une voix connue sur les ondes de RCF 63 où il donnait une chronique régulière sur les sujets chauds de l'actualité : la Palestine, le Rwanda, le chômage, les élections, le désarmement, les sans papiers, les mouvements sociaux, etc...

Mais c'était aussi une oreille très sensible. Il avait la conviction que rien ne peut se faire de valable si l'on n'écoute pas longtemps, très longtemps. Que si l’écoute venait à manquer, la parole se serait vidée de toute consistance, sans avoir rien à échanger ni transmettre.

« Le dialogue naît du désir d'écouter. Car écouter, c'est avouer qu'on a encore à apprendre, c'est faire effort pour s'instruire et donc sortir de soi pour laisser l'autre entrer chez nous. Si un certain christianisme a eu peu de créance dans le monde de la santé et particulièrement en psychiatrie, ce n'est pas pour avoir trop peu parlé, mais pour ne pas avoir assez écouté... J’ai découvert chez des femmes des possibilités extraordinaires d'écoute, de tendresse accueillante. Sans la tendresse accueillante et recueillie de sa féminité, le monde ne serait jamais pour l'homme une authentique demeure : l'homme serait sur terre comme un étranger, sans chez soi, tel un perpétuel voyageur, sans jamais trouver le repos de l'intimité et la chaleur de l'affectivité ».

Même après la retraite, Jacques a souvent rêvé à ces malades qu'il côtoyait et essayait d'accompagner dans leur enfer. Il les sentait si loin et si proches par les manifestations d'inquiétude et de persécution. « Quand je sortais du service, j'éprouvais un besoin de solitude. Marcher seul dans la nature, retrouver des amis pour ne pas partir soi-même à la dérive. Approcher le mystère de l'homme en sa passion et sa déréliction, n'est-ce pas la mission de l'Eglise et le cœur du ministère ? »

Au terme de ton chemin de fraternité et de ton ministère d'inquiétude qui t'a angoissé jusqu'en ces dernières semaines, nous te souhaitons Jacques d'entrer désormais dans le repos du Seigneur :

« Tu nous a faits pour Toi et notre cœur est sans repos tant qu'il ne demeure en Toi ».

 

L'équipe épiscopale

 

 

Ses obsèques religieuses seront célébrées

Lundi 19 mai 2014 à 14 h 30, à l'église Sainte-Thérèse

116 rue de l'Abbé Prévost – 63100 CLERMONT-FERRAND

Déjà publié
MERLE Louis(2017/04/19)
LANDRY Jean(2017/11/04)
DE LA NOE Yves (2017/10/24 )
CREPIN Jean(2017/10/11)
GUIGNE Henri(2017/10/07)
DUPERRON Claude(2017/06/17)
PERRIER Marcel(2017/10/02)
BRESSOLLETTE Jacques(2017/09/20)
BUGEL Robert(2017/09/03)
VINCENT Bernard(2017/04/16)
PERSON Marc(2017/03/05)
REGNIER Guy(2017/01/12)
BOURDEREAU Henri(2017/01/11)
RICHARD Christian(2017/01/08)
CANIN Jacques(2017/01/07)
FALLOUX Jean-Marie(2016/10/04)
GALISSON Jean-Victor (2016/08/29 )
BRUN Paul(2016/07/12 )
GILLIER Claude (2016/03/21 )
BARBIER Michel(2016/03/20)
ANDRIEUX Pierre(2016/03/11)
PRIGNOT Michel(2016/02/23)
CADET Maurice(2015/10/29)
DE MIRIBEL Jean (2015/10/10 )
MARSTEAU Pierre (2015/10/01 )
AMIOT Bernard(2015/08/05)
BOUCHERIE Ambroise(2015/04/13)
GUIRAUD Denis(2015/03/14)
COLLET Bernard (2015/03/06 )
Delepoulle Michel(2015/01/03)
Dherbomez Pierre(2014/12/29)
De Combrugghe Geoffroy(2014/12/22)
Fontugne Louis(2014/12/08)
Babonneau Joseph(2014/11/24)
Perrot Jean(2014/11/10)
Loubière André(2014/05/22)
Cordonnier Jacques (2014/05/14)
Barth Maurice (2014/04/17 )
Auguin Guy (2014/03/25 )
Racaud Michel (2013/11/22 )
Péron Jean (2013/07/14 )
Perret Michel (2014/02/27 )
Poussin Max (2014/02/04 Mission de France )
Lepetit André (2014/02/02 Mission de France )
Berland Louis-Marie (2014/02/12 Mission de France )
Halleguen Germain (2013/11/23 )
Dullin René (2013/06/13 Prado )
Blondel Michel (2013/04/12 Mission de France )
Désiré Marle (2013/08/11 )
Favre René (2013/09/21 )
Cornu Paul (2013/08/ )
Launay François (2013/08/08 Mission de France )
Boudouresques Bernard (2013/08/25 Mission de France )
Peignon Louis (2013/06/27 Mission de France )
Debrabant Thierry (2013/05/31 )
Cambis Etienne (2012/01/18-Mission de France )
Chapuis Edmond (2012/09/23 )
Bonnaud Jean-Claude (2013/05/08-Mission de France )
Coutaux Michel (2013/01/26-Mission de France )
Elisseix Roger (2012/12/10-Mission de France )
Carminati Jo (2013/01/09 )
Chrétien Claude (2011 )
Valet Paul (2012/09/22-Mission de France )
Demerliac Jean-Louis (2012-Photos )
Château Francis (2013/02/28-Fils de la Charité )
Lajeune Bernard (2013/02/25-Mission de France )
Raguenes Jean (Dominicain - par Bernard Soeur )
Legrand Bernard (2011/01/01-Mission de France )
Floret Gérald (2013/01/04-Témoignages )
Guérin Michel (2012/11/05-Fils de la Charité )
Hatinguais René (2012/04/17-Prêtre-ouvrier depuis 1966 )
André Depierre-son testament-2008 (Pretre ouvrier - compagnon d'humanité )