Bootstrap Image Preview
Actualité PO
Accueil

Mariage pour tous : Le combat perdu de l'Eglise

Danièle Hervieu-Leger

Pour voir ou imprimer le document en plein ecran

 

Mariage pour tous : le combat perdu de l'Eglise

LE MONDE | 12.01.2013 à 14h43 • Mis à jour le 12.01.2013 à 14h55

Par Danièle Hervieu-Léger

Dans le débat sur le mariage pour tous, il n'est pas étonnant que l'Eglise catholique fasse entendre sa voix. Le soin qu'elle prend d'éviter toute référence à un interdit religieux l'est davantage. Pour récuser l'idée du mariage homosexuel, l'Eglise invoque en effet une "anthropologie" que son "expertise en humanité" lui donne titre à adresser à tous les hommes, et non à ses seuls fidèles. Le noyau de ce message universel est l'affirmation selon laquelle la famille conjugale - constituée d'un père (mâle), d'une mère (femelle) et des enfants qu'ils procréent ensemble - est la seule institution naturelle susceptible de fournir au lien entre conjoints, parents et enfants, les conditions de son accomplissement.

En dotant cette définition de la famille d'une validité "anthropologique" invariante, l'Eglise défend en réalité un modèle de la famille qu'elle a elle-même produit. Elle a commencé de mettre en forme ce modèle dès les premiers temps du christianisme, en combattant le modèle romain de la famille qui s'opposait au développement de ses entreprises spirituelles et matérielles, et en faisant du consentement des deux époux le fondement même du mariage.

Dans ce modèle chrétien du mariage - stabilisé au tournant des XIIe-XIIIe siècles -, le vouloir divin est supposé s'exprimer dans un ordre de la nature assignant l'union à la procréation et préservant le principe de la soumission de la femme à l'homme. Ce serait faire un mauvais procès à l'Eglise que d'occulter l'importance qu'a eue ce modèle dans la protection des droits des personnes et la montée d'un idéal du couple fondé sur la qualité affective de la relation entre les conjoints. Mais la torsion opérée en en faisant la référence indépassable de toute conjugalité humaine n'en est rendue que plus palpable.

Car cette anthropologie produite par l'Eglise entre en conflit avec tout ce que les anthropologues décrivent au contraire de la variabilité des modèles d'organisation de la famille et de la parenté dans le temps et l'espace. Dans son effort pour tenir à distance la relativisation du modèle familial européen induit par ce constat, l'Eglise ne recourt pas seulement à l'adjuvant d'un savoir psychanalytique lui-même constitué en référence à ce modèle.

Elle trouve aussi, dans l'hommage appuyé rendu au code civil, un moyen d'apporter un surplus de légitimation séculière à son opposition à toute évolution de la définition juridique du mariage. La chose est inattendue si l'on se souvient de l'hostilité qu'elle manifesta en son temps à l'établissement du mariage civil. Mais ce grand ralliement s'explique si l'on se souvient que le code Napoléon, qui a éliminé la référence directe à Dieu, n'en a pas moins arrêté la sécularisation au seuil de la famille : en substituant à l'ordre fondé en Dieu l'ordre non moins sacré de la "nature", le droit s'est fait lui-même le garant de l'ordre immuable assignant aux hommes et aux femmes des rôles différents et inégaux par nature.

La référence préservée à l'ordre non institué de la nature a permis d'affirmer le caractère "perpétuel par destination" du mariage et d'interdire le divorce. Cette reconduction séculière du mariage chrétien opérée par le droit a contribué à préserver, par-delà la laïcisation des institutions et la sécularisation des consciences, l'ancrage culturel de l'Eglise dans une société dans laquelle elle était déboutée de sa prétention à dire la loi au nom de Dieu sur le terrain du politique : le terrain de la famille demeurait en effet le seul sur lequel elle pouvait continuer de combattre la problématique moderne de l'autonomie de l'individu-sujet.


 

Si la question du mariage homosexuel peut être considérée comme le lieu géométrique de l'exculturation de l'Eglise catholique dans la société française, c'est que trois mouvements convergent en ce point pour dissoudre ce qui restait d'affinité élective entre les problématiques catholique et séculière du mariage et de la famille.

Le premier de ces mouvements est l'extension de la revendication démocratique hors de la seule sphère politique : une revendication qui atteint la sphère de l'intimité conjugale et familiale, fait valoir les droits imprescriptibles de l'individu par rapport à toute loi donnée d'en haut (celle de Dieu ou celle de la nature) et récuse toutes les inégalités fondées en nature entre les sexes. De ce point de vue, la reconnaissance juridique du couple homosexuel s'inscrit dans le mouvement qui - de la réforme du divorce à la libéralisation de la contraception et de l'avortement, de la redéfinition de l'autorité parentale à l'ouverture de l'adoption aux célibataires - a fait entrer la problématique de l'autonomie et de l'égalité des individus dans la sphère privée.

Cette expulsion progressive de la nature hors de la sphère du droit est elle-même rendue irréversible par un second mouvement, qui est la remise en question de l'assimilation, acquise au XIXe siècle, entre l'ordre de la nature et l'ordre biologique. Cette assimilation de la "famille naturelle" à la "famille biologique" s'est inscrite dans la pratique administrative et dans le droit.

Du côté de l'Eglise, le même processus de biologisation a abouti, en fonction de l'équivalence établie entre ordre de la nature et vouloir divin, à faire coïncider de la façon la plus surprenante la problématique théologique ancienne de la "loi naturelle" avec l'ordre des "lois de la nature" découvertes par la science. Ce télescopage demeure au principe de la sacralisation de la physiologie qui marque les argumentaires pontificaux en matière d'interdit de la contraception ou de la procréation médicalement assistée. Mais, au début du XXIe siècle, c'est la science elle-même qui conteste l'objectivité de ces "lois de la nature".

La nature n'est plus un "ordre" : elle est un système complexe qui conjugue actions et rétroactions, régularités et aléas. Cette nouvelle approche fait voler en éclats les jeux d'équivalence entre naturalité et sacralité dont l'Eglise a armé son discours normatif sur toutes les questions touchant à la sexualité et à la procréation. Lui reste donc, comme seule légitimation exogène et "scientifique" d'un système d'interdits qui fait de moins en moins sens dans la culture contemporaine, le recours intensif et désespéré à la science des psychanalystes, recours plus précaire et sujet à contradiction, on s'en rend compte, que les "lois" de l'ancienne biologie.

La fragilité des nouveaux montages sous caution psychanalytique par lesquels l'Eglise fonde en absoluité sa discipline des corps est mise en lumière par les évolutions de la famille conjugale elle-même. Car l'avènement de la "famille relationnelle" a, en un peu plus d'un demi-siècle, fait prévaloir le primat de la relation entre les individus sur le système des positions sociales gagées sur les différences "naturelles" entre les sexes et les âges.

Le coeur de cette révolution, dans laquelle la maîtrise de la fécondité a une part immense, est le découplage entre le mariage et la filiation, et la pluralisation corrélative des modèles familiaux composés et recomposés. Le droit de la famille a homologué ce fait majeur et incontournable : ce n'est plus désormais le mariage qui fait le couple, c'est le couple qui fait le mariage.

Ces trois mouvements - égalité des droits jusque dans l'intime, déconstruction de l'ordre supposé de la nature, légitimité de l'institution désormais fondée dans la relation des individus - cristallisent ensemble en une exigence irrépressible : celle de la reconnaissance du mariage entre personnes de même sexe, et de leur droit, en adoptant, de fonder une famille. Face à cette exigence, les argumentaires mobilisés par l'Eglise - fin de la civilisation, perte des repères fondateurs de l'humain, menace de dissolution de la cellule familiale, indifférenciation des sexes, etc. - sont les mêmes que ceux qui furent mobilisés, en leur temps, pour critiquer l'engagement professionnel des femmes hors du foyer domestique ou combattre l'instauration du divorce par consentement mutuel.


 

Il est peu probable que l'Eglise puisse, avec ce type d'armes, endiguer le cours des évolutions. Aujourd'hui, ou demain, l'évidence du mariage homosexuel finira par s'imposer, en France comme dans toutes les sociétés démocratiques. Le problème n'est pas de savoir si l'Eglise "perdra" : elle a - beaucoup en son sein, et jusque dans sa hiérarchie, le savent - déjà perdu.

Le problème le plus crucial qu'elle doit affronter est celui de sa propre capacité à produire un discours susceptible d'être entendu sur le terrain même des interrogations qui travaillent la scène révolutionnée de la relation conjugale, de la parentalité et du lien familial. Celui, par exemple, de la reconnaissance due à la singularité irréductible de chaque individu, par-delà la configuration amoureuse - hétérosexuelle ou homosexuelle - dans laquelle il est engagé.

Celui, encore, de l'adoption, qui, de parent pauvre de la filiation qu'elle était, pourrait bien devenir au contraire le paradigme de toute parentalité, dans une société, où quelle que soit la façon dont on le fait, le choix d'"adopter son enfant", et donc de s'engager à son endroit, constitue le seul rempart contre les perversions possibles du "droit à avoir un enfant", qui ne guettent pas moins les couples hétérosexuels que les couples homosexuels.

Sur ces différents terrains, une parole adressée à des libertés est attendue. Le mariage homosexuel n'est certainement pas la fin de la civilisation. Le fait qu'il puisse constituer, si l'Eglise n'a pas d'autre propos que celui de l'interdit, un jalon aussi dramatique que le fut l'encyclique Humanae Vitae en 1968 sur le chemin de la fin du catholicisme en France n'est pas une hypothèse d'école.

Danièle Hervieu-Léger

Directrice d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), sociologue, elle a dirigé, de 1993 à 2004, le Centre d'études interdisciplinaires des faits religieux (CNRS/EHESS) et a présidé l'EHESS de 2004 à 2009.

 

Danièle Hervieu-Léger a publié de nombreux ouvrages, dont "Vers un nouveau christianisme" (éd. Cerf, 2008), "Le Retour à la nature" (éd. de l'Aube, 2005) et "Catholicisme, la fin d'un monde" (Bayard, 2003)

 

Déjà publié
René DEJARDIN(Burbure)
Perte d'autonomie et dignité humaine(PO Aquitaine)
Des nouvelles de Pierre LAURENT(message de B. Masséra)
Université d'été(Région Est)
Témoignage audio d'un PO(Henri Brisfert)
Lettre ouverte des membres de la rencontre internationale à Essen (Allemagne) (04 juin 2017 )
Lettre ouverte aux évêques((PO))
ECCO Caen Législatives(Communiqué de presse)
PO 79/86 (Contribution au Synode 2017/2018 Diocèse de Poitiers)
Contribution ''Ministère'' (PO Aquitaine )
Contribution ENPO à la réflexion du SNMO (Peuple de Dieu/Ministères )
Nous mêler de ce qui nous regarde(Article ACO-P. Niobey)
Chrétiens ouvriers de gauche pour un partage des richesses(ECCO du secteur de Caen)
Gérald FLORET AU MAITRON()
Gérald FLORET au dictionnaire du Maitron ( )
Table ronde sur le ministère des prêtres-ouvriers (RCF Bordeaux auditorium de la foi le 05/02/2017 )
Les PO sur la toile (Pierre Niobey )
Par-dessus les frontières ! (Claude Simon équipe PO Caen )
Jésus revient ? Non, il est toujours là !(ECCO du secteur de Caen)
Conférence de Guy Aurenche (18 mai 2016 à Montauban )
Rencontre Internationale(Pentecôte 2017)
L'accueil de l'étranger... Théologie(Gérard Thévenin)
Expo PO à Bordeaux pour le 50ème anniversaire(Interview RCF Antoine Brethomé)
Soligny Retraite d'hiver (Du samedi 11 février au vendredi 17 février 2017 )
Les prêtres-ouvriers après Vatican II(Contributions et témoignages autour de la relance de 1965)
Plaque souvenir sur la tombe de Jean PERROT(18 mai 2016)
Hellemmes(Rapport d'activités 2014-2016)
La main qui rêve (Galerie SAGA, Hellemmes )
Lettre aux députés et sénateurs du Calvados(ECCO du secteur de CAEN)
Les Amis du 118 - Hellemmes (Yveline Redliche )
Le dogme(Jacques Meurice)
Un APPEL(Christian Herwartz)
Abattre le mur... (Journal LA VIE )
Message ... 50ème(Jean Landry)
Un monde immonde engendre des actes immondes - Saïd Bouamama (Envoi de Bernard Glath )
Articles parus dans la presse du Tarn-et-Garonne (Envoi de Jean Saltarel )
L'usine théâtre du pouvoir (Rectificatif )
LIVRE (L'usine théâtre du pouvoir )
PO 50 ans Colloque(Celebration du 50eme anniversaire)
La libre circulation n'est pas une utopie (télérama 23/11/2015 )
"Les marins au long cours, ouvriers silencieux de la mondialisation"(Roland Doriol)
Bâtisseurs aujourd'hui..........Pentecôte 2015 (Envoi de Bernard Glath )
Déclaration du Conseil permanent de l'épiscopat (17 juin 2015 )
La famille dans une société laïque()
A Calais, un "Sangatte à ciel ouvert" se reconstitue(La Croix 01/04/2015)
PO - Dans un peuple en marche(Bernard Glath)
Le 118 à Hellemmes (carte de soutien )
Santé des étrangers : une discrimination de plus (FNARS )
Rencontre internationale, 2015, Barcelone (Documents de préparation )
A Gauche toute ! (Atelier Politique )
Nuit solidaire pour le logement(Paris, Place de la république)
Aux périphéries de nos villes (Cef )
François Yverneau(Départ pour le 93)
"L'Amour qui meut le soleil et les autres étoiles"(Odile MARECHAL)
Jésuites et ouvriers (Noël Barré )
Le 118 à Hellemmes(Inauguration)
Visages de prêtres (Paul Lamarche )
Lettre de PO de pays européens (RI 2014 à Turin )
A mes frères prêtres (Denis Guiraud PO Tarnais )
Pélerinage à Avranches(Pax Christi)
A propos du mot "ouvrier" (Bernadette Liger )
Libres propos : la classe ouvrière (Philippe Barbier )
L'écriture au quotidien(André L'Hénoret)
Protection de la Planète (Bernard Glath )
La Dépêche du Midi - Montauban (2014/05/12 )
Prêtres-ouvriers aujourd'hui-Les Invisibles (La Rochelle du 27 juin au 21 septembre 2014 )
Communiqué de presse suite aux annonces de Valls (Envoi de Bernard massera )
Mission de France (Flash info Ile de France - avril 2014 )
Le Pape s'entretient avec une radio d'un bidonville argentin (Défense des prêtres-ouvriers )
Perret Michel (Décédé le 27/02/2014 )
Tibhirine (Mgr Georges Gilson, Archevêque )
Nouvelles - Fils de la Charité(Février 2014)
PO Midi-Pyrénées(Contribution à l'atelier "Mission ouvrière")
J'ai du prix aux yeux de Dieu(Réseau Chrétien-Immigrés)
L'Europe face aux Défis de la paix au Moyen Orient(Appel à l'Europe)
Reconstruisons ensemble note pays (Evêques Centrafrique )
PO région est(Tour d'horizon fin 2013)
Jean-Pierre Bourget (Offre de souscription )
Message du pape François("La fraternité, fondement et route pour la Paix")
Les élections municipales : une chance pour le bien commun(Evêques de France)
Réflexion sur la répartition des richesses(Bernard Glath)
Le Grand marché transatlantique... (envoi de B. Masséra )
Résistance(Collectif de Soutien aux Sans-Papiers d'Etampes)
Nous sommes tous des étrangers(Ami de la Nature)
Riche (03 octobre 2013 )
Edito courrier octobre 2013(Edito complet)
Colloque Helder Camara (Couvent de la Tourette )
Les travailleurs dans papiers- Les enjeux actuels (R. Chauveau-Cahiers...1997-2006 )
"Prêtres-ouvriers célibataires ou mariés, même ministère"(Pentecôte 2012)
La double tâche des PO(Paul Fromy)
Lumen Fidei(Envoi de Denis Guiraud)
Lettre à nos évêques de France au sujet de Pascal Vesin (CA de la C.C.B.F. )
Yvon Tibbal fête son Jubilé(21 juillet 2013)
Les Frères missionnaires des campagnes creusent leur sillon dans le bocage ornais(La Croix/15/07/2013)
Newsletter Atelier Religion( Lectures d’été …)
Lettre au Pape(Au sujet de Pascal Vesin )
Citroën par ceux qui l'ont fait(Offre-Souscription)
Lumen Fidei(1ère encyclique du Pape François)
Se laisser simplifier et déposséder(Francis Gayral)
Postures chrétiennes face à la finance(CEF-Justice et Paix)
Lettre aux évêques de France (Au sujet de Pascal Vesin )
Quelques photos de la région Nord (Envoi de Lucien Vivant )
C'est à lire ( "A la gauche du Christ, les PO oubliés ?" )
Interview de Georges Souriau(Radio Gâtines)
Roosevelt réveille l'Assemblée (Envoi de Bernard Glath )
Le Pape François(Hanz Küng - Journal Le Monde)
Transition énergétique et sortie du nucléaire (Documents transmis par Bernard Glath )
Madeleine Delbrêl une mystique en terre ouvrière (Ma ville est un songe )
L'audace missionnaire (Cardinal Suhard-La Croix-12/01/2012 )
PO de l'Isère(Journée d'approfondissement sur le vieillissement)
Cercle de silence (Etampes 91 )
Compagnons en humanité pour vivre l'espérance(Claude Depoil-Revue "Prêtres diocésains")
Le concile Vatican II selon le Cardinal Liénart (Conférence : couvent des Dominicains de Lille )
Paul, Jean-Pierre, Cyrille (La Dépêche_2013_04_01 )
La pensée sociale de l'Eglise racontée à ceux qui n'en savent rien (C. Pian- Ed.Atelier )
Prêtres-ouvriers mariés ou célibataires, même ministère (Pentecôte 2012, région Est )
Visite POAP-1 (Textes de réflexion en vue d'un partage)
Pacte des catacombes (courrier PO janvier 2013 )
Lettre de Jean Saltarel à Bernard Ginoux Evêque de Montauban (Jean Saltarel )
La maladie d'Alzheimer (Session à Grenoble )
Lettre de Pierre Niobey à Stanislas Lalanne Evêque de Coutances et Avranches (P.Niobey )
Mariage pour tous : Le combat perdu de l'Eglise (Danièle Hervieu-Leger )
Le mariage pour tous (Denis Guiraud )
L'adoption est la bonne nouvelle de l'Evangile (Michel Serres )
Trop c'est trop ( Heichelbech Georges )
Etienne Cambis (Prêtre de la Mission de France )
Gérald Floret (Photos envoyées par A. CERUTTI )
Gérald Floret (Article journal Librinfo 74 )
Gérald Floret (Région Ain-Savoie-Isère )
Aloyse (Son livre à l'aube de 2013 )
Gaël Giraud l'un des économistes les plus novateurs (Illusion financière )
La Mission de France (Lundi 17 décembre 2012 )
Les catholiques et les migrations (... histoire, actualité, perspectives... )
Histoire du champagne (Champagne à boire et à penser )
Les chrétiens et la globalisation (Vatican II, une boussole pour la mondialisation et la nouvelle évangélisation )
Des prêtres au service du culte spirituel (Yves Patenôtre, Lettre aux Communautés, Revue de la Communauté Mission de France,"Pour un sacerdoce hors les murs" )
Où sont les défenseurs de la vie ?(Armand Veilleux, 19 novembre 2012)
Génocide palestinien(Armand Veilleux, ocso, Abbé de Scourmont, 30 juin 2006)
Retraite PO 2013 (Intervenant : A. ROUET ancien archevêque de Poitiers )
Dossier du CEF sur l'homosexualité et le mariage ( )
Mariage pour tous (Références du journal LA VIE )
Le courage d'une pensée alternative (Lucetta Scaraffia 10 novembre 2012 )
L'homosexualité : qu'en dit l'Eglise ? (Extrait du texte du conseil famille et société de la Conférence des évêques de France, septembre 2012 )
D'où parlent-ils ? (Jacques Fraissignes) (La filiation de Jésus demeure symbolique )
Lettre au premier ministre (G Aurenche-C Deltombe-Madignier PY-Peugeot P-Soulage F )
RI 2013 (Message de Fritz)
Note abrégée du secrétariat (rencontre des 13 et 14 octobre 2012 )
Paul Maire (Recension de Jean RIGAL à propos du dernier livre de P. MAIRE )
Servir l'Evangile selon J.P. Margier (Servir l'Evangile à la manière des Prêtres-Ouvriers )
courrier PO(information)
Des nouvelles de Michel Racaud (Pierre Fonteneau a écrit..... )
Chavagnes en Paillers (retraite PO juillet 2012 )
Retraite d'hiver (Inscription )
Clef usb de la Rencontre nationale de pentecôte 2012(en consultation ou chargement)
Retraite d'hiver (formulaire d'inscription )
Portraits de P.O.(par Nicolas (Saint-Nazaire))
Questionnaire (statistiques po )
Colloque de la Petite Université d'Automne (La révélation : est-ce audible ? )
Actualité du ministère des prêtres-ouvriers (Texte de Mgr Albert ROUET )
Prêtres-ouvriers pour la Rencontre Nationale de Pentecôte 2012 (Compagnons en humanité pour vivre l'espérance )
En route vers Pentecôte 2012 (Rencontre nationale des prêtres ouvriers
Compagnons en humanité pour vivre l'Espérance )

Week end des POAP février 2012 (Compte rendu )